LA GYMNASTIQUE DE SANTÉ JAPONAISE: LE KENKO-TAISO, AUTRES TEMOIGNAGES!

Publié le par shiatsu-auvergne.over-blog.com

1)VINCENTE (2 année de pratique)

 

"Je vais essayer d'exprimer ce que deux séances hebdomadaires m'apportent.

Tout d'abord cela m'impose de laisser tomber le quotidien et pendant une heure d'être avec moi même, avec mon corps et mon esprit. Cela me paraît important car pendant ce temps: on laisse tomber ce qu'on peut appeler le tourbillon de la vie et on rentre en soi.

Ensuite, en général je sens de la chaleur, et je prends du volume, et parfois on dirait que ce volume va aller au delà de mon corps. Si quelques fois, j'arrive un peu agité, peu à peu le calme s'installe et je "rentre" dans moi. Il m'est arrivé parfois, pas toujours, de me sentir profondément ancré au sol.

Ces séances m'apportent aussi plus de souplesse et un meilleur ressenti de mon corps, avec l'envie d'aller plus loin et de ne pas me laisser prendre par les années qui passent.

Et aussi, c'est très important, l'ambiance de tous les groupes est toujours très sympathique et il est très agréable de passer ces moments ensemble."

 

2) FRANÇOISE (15 ans de pratique)

 

 "Cette gymnastique douce a changé ma façon d'être;

Elle m'a fait prendre conscience de mon corps.

Elle m'aide à son bon fonctionnement en libérant mes tensions.

En écoutant mon corps, je vide ma tête: je me détends, je me ressens.

Je sors appaisée du cours de Kenkô-Taîsô; je prends conscience d'avoir lâcher prise.

C'est un travail de santé dont je ne pourrais pas me passer; je le pratique de façon écourtée tous les matin.

Un grand merci pour cet enseignement."

 

3) VERONIQUE ( 6 mois de pratique)

 

"Voici un petit texte sur ce que m'apporte le Taïsô:

Un cours est un espace privilégié qui permet de ralentir le rythme et se recentrer sur soi même. On prend du temps pour soi, pour ressentir son corps dans différentes dimensions. Les exercices permettent aussi de faire fonctionner le corps sans le blesser mais au contraire de mettre en mouvement des muscles qui pour ma part ne doivent pas fonctionner souvent. La concentration nécessaire permet de se vider la tête. Les exercices à deux permettent d'éprouver les interactions et la qualité de la présence à l'autre, que l'on ne met pas toujours en oeuvre dans la vie quotidienne. Enfin j'apprécie l'esprit convivial du groupe.

Sur le long terme, c'est à dire 6 mois depuis que j'ai commencé, j'ai constaté plusieurs effets bénéfiques: j'ai réussi à ralentir  le rythme au quotidien et à prendre du recul sur une série de choses qui m'empoisonnaient la vie, j'ai une meilleure forme physique, moins de migraines qui étaient dues à des contractions musculaires au niveau des épaules et de la nuque, un meilleur tonus musculaire et une meilleure posture que j'ai le réflexe de corriger dans certaines situations. Le fait d'être plus zen me permet de ne plus compenser le stress par la nourriture et j'ai perdu 4kg sans avoir le sentiment de faire un effort.

Après mon opération, j'ai pu recommencer une activité assez vite et du coup récupérer assez  vite malgré l'oedème qui m'empêchait de marcher ou de nager correctement.

Globalement, je dirai que le cours hebdomadaire me permet de trouver et de conserver un équilibre qui contribue à la mise en pratique d'une hygiène de vie sans me laisser déborder ou emporter par un mouvement que je ne maîtrise plus."

 

4) Geneviève (12 ans de pratique)

 

 

"Voici ce que m'a apporté la pratique du TaÏsô, ou plutôt ce que m'a apporté l'ensemble taÏsô+shiatsu+ju-jitsu.

-Physiquement, une plus grande souplesse au niveau des articulations.

Certes, il m'a fallu du temps pour accepter et tenir le seiza, il m'arrive de trouver cette position confortable et même dela prendre en diverses occasions( à condition qu'il y ait tapis ou moquette!).

Il y a aussi d'autres mouvements que je ne pouvais pas faire au début et qui sont devenus possibles au bout de quelques années.

Globalement, je suis sûre que cette pratique me maintient en bonne santé et recule les effets inévitables de l'âge...

-Mentalement, c'est plus difficile de constater et de mesurer les changements; mais il est vrai que maintenant, j'ai tendance à "faire avec" une situation et, la laisser se présenter, au lieu de l'imaginer et de la combatre par avance.

ce n'est pas du "j'm'en foutisme", mais peut-être du "lacher prise"?

J'ai l'impression que dans certains cas, cela change la situation, comme si le fait de changer mon regard, de ne pas juger par avance et donc de laisser des possibilités ouvertes, entraînait aussi un changement de la part d'autres personnes.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SLUSARENKO 10/06/2011 18:13


26 ans que je suis suivi par M.coudeyre et que je pratique sa
gymnastique .J'en retire à chaque séance un bien fait immense.je vous invite à vous renseigner